Rome, du mythe à l'histoire

Rome, du mythe à l’histoire est le sous-thème 2 du thème 2 du programme d’histoire de la classe de sixième. Ce niveau est l’aboutissement du cycle 3. Le projet de formation du cycle 3 ne vise pas une connaissance linéaire et exhaustive de l’histoire. En effet, les moments historiques retenus ont pour objectif de mettre en place des repères historiques communs. Ainsi, les cycles 3 et 4 les enrichissent progressivement. Ils permettent de comprendre que le monde d’aujourd’hui et la société contemporaine sont les héritiers de longs processus. Mais aussi que les femmes et les hommes du passé sont à l’origine de choix et de ruptures.

Récits fondateurs, croyances et citoyenneté

L’intitulé du thème articule l’étude autour d’un espace, la Méditerranée au Ier millénaire avant J.-C., et de trois civilisations anciennes : la Grèce antique des cités, Rome et la civilisation des Hébreux. Le fait religieux est centrale dans cette étude. Ainsi, il se décline sous les trois aspects du récit fondateur, des croyances et de la citoyenneté. Ce dernier aspect renvoie à la religion civique. Les élèves saisissent la place structurante de la religion dans les sociétés antiques. Enfin, ils font le lien avec l’identité des différents groupes humains (le peuple hébreu, Rome, les cités grecques).

D’autre part, la notion de « patrimoine commun » renvoie aux racines de la civilisation européenne. On valorise le lien avec le programme de français du cycle 3 qui prévoit, en sixième, l’étude des « récits de création ».  Enfin on clarifie la question du rapport entre l’histoire et les croyances, mais aussi entre l’histoire et le mythe. En effet, le domaine 3 du socle précise qu’en histoire, les élèves distinguent l’histoire de la fiction.

Problématique : quelle place la religion occupe-t-elle dans le monde méditerranéen antique ?

Ce thème propose une étude croisée de faits religieux, replacés dans leurs contextes culturels et géopolitiques. C’est pourquoi le professeur s’attache à en montrer les dimensions synchroniques et/ou diachroniques. L’élève confronte à plusieurs reprises faits historiques et croyances et distingue l’histoire de la fiction. On met les récits mythiques et bibliques en relation avec les découvertes archéologiques.

Rome, du mythe à l'histoire

Comment le mythe de sa fondation permet-il à Rome d’asseoir sa domination et comment est-il mis en scène ?

Le texte extrait de l’Histoire romaine de Tite-Live constitue une autre clef d’entrée essentielle. Son étude permet aux élèves de constater que l’auteur antique n’est pas lui-même convaincu de la véracité de la légende qu’il relate. Ensuite il convient de confronter ces textes aux récentes découvertes archéologiques et aux débats qu’elles ont suscités. Mais sans se noyer dans le détail. Ainsi, la muraille de Romulus déjà mentionnée, mais aussi la « grotte du Lupercal » sous la maison d’Auguste. Elle est ornée de l’aigle impérial et peut être reliée à la propagande impériale. Selon la légende, la louve y aurait abrité et nourri Remus et Romulus.

Ressources

Actualité

Cours en rapport avec ce thème