La variété des formes d'occupation spatiale dans le monde

La variété des formes d’occupation spatiale dans le monde est le dernier sous-thème du dernier thème de programme de géographie de la classe de sixième. La notion d’habiter est centrale au cycle 3 ; elle permet aux élèves de mieux cerner et s’approprier l’objectif et les méthodes de l’enseignement de géographie. En géographie, habiter ne se réduit pas à résider, avoir son domicile quelque part. En effet, s’intéresser à l’habiter consiste à observer les façons dont les humains organisent et pratiquent leurs espaces de vie. Ainsi, l’étude des « modes d’habiter » fait entrer les élèves, à partir de cas très concrets, dans le raisonnement géographique. Cela passe par la découverte, l’analyse et la compréhension des relations dynamiques que les individus-habitants et les sociétés entretiennent avec les territoires et les lieux qu’ils pratiquent, conçoivent, organisent, représentent. En outre ces approches se font à toutes les échelles.

Le monde habité

Le thème propose une approche de géo-histoire. D’autre part, elle montre les permanences des grands foyers de population et leurs évolutions dans la longue durée. Donc on confronte la carte de la répartition de la population actuelle avec d’autres planisphères à d’autres époques.

Ce thème invite à explorer une thématique majeure de la géographie : le peuplement. On l’étudie dans sa distribution contemporaine en montrant les inégalités de répartition à l’échelle mondiale. Ainsi, on montre la permanence des grands foyers de peuplement dans le temps long. Mais aussi la variété des formes d’occupation de l’espace terrestre, à partir de quelques exemples, à grande échelle. Le thème permet de montrer que les hommes habitent la quasi-totalité de la planète. En effet, celle-ci est intégralement explorée, parcourue, imaginée, appropriée par les sociétés humaines. Les hommes habitent partout, de manière permanente ou provisoire, sur les mers et les océans.   

Problématiques :

  • Comment est répartie la population mondiale, et pourquoi l’est-elle de façon si inégale ?
  • Quels facteurs ont présidé à l’installation privilégiée des groupes humains ici, plutôt qu’ailleurs ?
  • Quelles sont les grandes dynamiques de répartition de la population et les formes de peuplement ?

Le professeur est libre de choisir la place de ce thème du programme au sein de sa progression. Cependant ce thème s’articule très fortement aux trois autres thèmes du programme de géographie de la classe de 6e. Cela invite à adopter une approche filée tout au long de l’année. En effet, elle intègre « le monde habité » à chacun des trois thèmes. Cette démarche fournit ainsi des possibilités pour des éclairages et des mises en perspectives à l’échelle du monde. 

Les différents thèmes consacrés à habiter permettent d’aborder la répartition et les grandes dynamiques contemporaines du peuplement. Aussi on reprend la carte de la répartition de la population à l’échelle mondiale tout au long de l’année.

  • Le thème « Habiter une métropole » conduit à situer les métropoles au sein des grands foyers de population. Cette approche permet d’établir une corrélation entre le fort peuplement et les grandes villes. Elle esquisse le mouvement d’urbanisation comme l’une des dynamiques contemporaines du peuplement.
  • Le thème « Habiter les littoraux » renvoie aux dynamiques d’attraction qu’exercent les rivages.
  • Le thème « Habiter un espace de faible densité » invite à repérer et à situer les espaces très peu peuplés. Ils se localisent souvent aux marges de l’écoumène. On identifie des modes de peuplement et d’organisation spatiale spécifiques.

Les différents thèmes offrent ainsi des exemples concrets des formes d’occupation spatiales diversifiées à des échelles plus fines.

Les formes d'occupation spatiale

Les formes d’occupation spatiale et les inégalités de la répartition de la population posent par ailleurs des contraintes spécifiques aux habitants. Il s’agira d’en donner quelques exemples concrets.

Ressources

Actualité