L’Épreuve Disciplinaire Et de Discipline Appliquée est particulière au regard du concours présenté.

La durée accordée à l’EEDEDA est particulièrement longue : 6 heures. Cela représente plus d’une demi-journée, ce qui implique de tenir sur la durée et de bien gérer son temps. Ainsi il arrive que des candidats n’aient pas le temps de terminer l’épreuve en fournissant tout ce qui est attendu par le jury. En général ils se sont perdus dans les savoirs scientifiques qui composent la première partie. Par ailleurs, la motivation à tendance à décliner en même temps que la fatigue et la lassitude émerge chez les candidats.

Le coefficient est peu élevé : 2. Mais ce coefficient est à part égale avec celui de l’EEDEDA l’autre matière. Les deux épreuves ont donc un coefficient de 4, ce qui montre leur importance. Certes elles portent sur deux matières différentes faisant appel à des savoirs différents. Mais les compétences attendues et la méthodologie des étapes restent les mêmes ! Cela est logique car le concours cherche à valider les compétences pour construire un enseignement. Par ailleurs les compétences attendues dans l’EEDEDA sont remobilisées lors de l’épreuve de leçon à l’oral.

L’épreuve est notée sur 20. Les consignes précisent qu’une note globale égale ou inférieure à 5 est éliminatoire. Une note inférieure à 5 est quelque chose de rare. Mais cela peut arriver car la notation cherche à discriminer les candidats en ne retenant que les meilleurs. Cela les oblige donc à assurer une production en rapport avec ce qui est attendu. Les compétences que cherche le jury se retrouvent également dans les épreuves orales.

Cette épreuve demande finalement d’aborder plusieurs éléments différents et complémentaires les uns des autres.