Ce que les concours de prof vérifient chez les candidats

concours de prof

Partager cet article

Les concours de prof visent à recruter les candidats qui savent transmettre des connaissances à un public. Il vérifie donc trois choses : les bases, les connaissances et leur transmission. Les informations qui suivent portent sur le CAPES et le CAPLP.

Les concours valident les bases du prof

Les candidats au concours sont sélectionnés à partir de plusieurs épreuves. Elles permettent de vérifier trois choses :

  1. Les connaissances. Les candidats doivent avoir des connaissances dans les matières qu’ils vont enseigner ! Sans connaissances les deux autres points ne peuvent pas être mis en œuvre. C’est pourquoi une bonne partie du temps de préparation au concours consiste à assimiler des connaissances. Mais attention, les connaissances en elles-mêmes ne servent à rien ! En effet, il faut savoir les mettre en forme et les transmettre.
  2. La méthodologie porte sur deux choses. D’abord la méthodologie des épreuves au concours. En effet, une composition correspond à une production très précise. Idem pour le commentaire de documents. Donc autant connaître les attendus de ces épreuves. La seconde approche concerne la méthodologie de la préparation sur toute sa durée. En effet les attentes sont différentes selon les moments.
  3. La transmission. Les candidats doivent mettre en œuvre ces connaissances scientifiques pour un enseignement pédagogique. Mais surtout ils doivent exprimer clairement, à l’écrit comme à l’oral, le message à transmettre. Et pour cela, il est nécessaire de connaitre les programmes de leurs enseignements. En effet, qu’apprendre si on ne sait pas ce qu’il faut transmettre ? Ces compétences sont mises en œuvre avec trois outils très simples d’utilisation.

Autrement dit, le concours demande aux candidats d’être capables de structurer des connaissances dans le but de les transmettre. Pour cela, les épreuves écrites comme orales cherchent à vérifier la capacité à enseigner des connaissances dans les matières au concours.

Le prof a des connaissances et sait les mettre en œuvre

Le but de l’écrit est de valider les connaissances et leur mise en œuvre dans des exercices très codifiés.

  • La composition et le sujet composé. Leur but est de vérifier la capacité à structurer et présenter des connaissances à partir d’un sujet donné.
  • Le commentaire de documents demande d’analyser un corpus de documents de manière transversale. Il s’agit de faire ressortir la particularité des documents et de l’éclairage qu’ils portent sur une question donnée. En effet, aucun document n’est neutre et l’assemblage de plusieurs documents dans un corpus permet de faire émerger les enjeux propres à un sujet.
  • Le commentaire d’un document. Le candidat doit conduire un commentaire sur un document d’histoire ou de géographie. Cette démarche est la base de l’utilisation du document telle qu’elle est faite par l’historien et le géographe. Mais c’est aussi de cette manière là que l’analyse est conduite en classe. En outre, à chaque type de document répond à une analyse qui lui est propre.
  • L’épreuve du commentaire de texte littéraire en français (CAPLP lettres histoire) est plus complexe. Elle regroupe l’ensemble des attentes des autres épreuves. En effet, il s’agit de vérifier les connaissances littéraires des candidats mais aussi la capacité d’analyse du document pour en faire ressortir le message produit par son auteur. Le tout étant produit dans une structure très codifiée (3 parties de trois sous-parties).

Le prof sait préparer et présenter ce qu’il doit transmettre

Les épreuves orales visent à vérifier la capacité à préparer et présenter un enseignement. Celui-ci porte sur des connaissances à transmettre à un public désigné (élèves du secondaire). C’est pourquoi les candidats mettent en œuvre leurs compétences sur la préparation de séquences à partir de sujets ou d’un corpus de documents. Deux types d’épreuves :

  • Analyser une situation d’enseignement. Le jury attend du candidat, qu’il soit capable d’expliquer une situation d’enseignement en prenant du recul (vérifier si le candidat est capable d’utiliser les documents, supports et sources qu’il aura à sa disposition, pour préparer les cours). Il porte un regard critique et montre comment il se débrouille !
  • Produire une situation d’enseignement. Elle demande de préparer une synthèse de ce qui est à savoir sur un sujet donné et comment l’enseigner (de manière théorique bien sûr).

Ces deux types d’épreuves sont évaluées sous la forme d’un sujet à travailler et à présenter. Cela peut être un dossier de deux documents au CAPLP interne ou un corpus de documents au CAPES interne. Peu importe les appellations, la démarche reste la même, aussi bien au CAPES qu’au CAPLP.

Finalement, réussir les concours de prof implique de préparer les épreuves sur le fond comme la forme. Le fond porte sur les connaissances, la forme sur la mise en forme de ces connaissances. Le cœur du recrutement devient alors la séquence d’enseignement car elle regroupe toutes les compétences.

L’expression, écrite comme orale, devient alors le vecteur de la transmission. Mais à ces deux approches s’ajoute l’emballage. Il porte sur l’apparence que l’on donne à travers sa copie ou devant le jury. Ainsi la qualité de la graphie et la manière de se comporter sont aussi des critères de sélection.