Enjeux et conflits dans le monde après 1989

Le sous-thème 4 sur les enjeux et conflits dans le monde après 1989 fait partie du second thème du programme de troisième. La classe de 3e  donne aux élèves les clefs de compréhension du monde contemporain. Elle permet de montrer l’ampleur des crises que les sociétés françaises, européennes et mondiales ont traversées. Mais aussi les mutations sociales et politiques que cela a pu engendrer. Le thème 2 aborde le monde depuis 1945.

Le monde depuis 1945

L’intitulé du thème est ambitieux. Les élèves ont une première approche globale du monde depuis 1945 par le biais des relations internationales. Ce thème n’est pas borné chronologiquement et les conduit jusqu’à une compréhension du monde actuel. Inversement le thème 3, consacré à la France, s’arrête aux années 1980. Ce thème initie les collégiens à la compréhension des équilibres et des déséquilibres mondiaux, mais aussi du jeu des puissances.

Problématique : quelles puissances pour quels conflits dans le monde après 1945 ?

Ainsi au cours du XXème siècle la notion de puissance évolue en même temps que le monde. On passe de deux systèmes opposés en 1946, au monde multipolaire du XXIe siècle. En effet, la séquence 1914-1945 se clôt sur la fin de la primauté européenne dans les affaires du monde et l’émergence d’un nouveau système plus complexe. C’est un bouleversement qui débute par la fin des empires coloniaux. Il s’agit de comprendre la manière dont les sociétés colonisées, après avoir vécu la guerre, revendiquent un statut rénové, entre autonomie et indépendance, en s’appuyant sur des idéologies émancipatrices, et quelles furent les réactions des métropoles, de la concertation à la guerre. Ce n’est que l’un des aspects du nouvel équilibre des puissances, dans lequel les anciennes puissances impériales cèdent le pas devant des idéologies renouvelées (libéralisme et communisme) et des puissances agglomérées en blocs, et non plus en empires.

Enjeux et conflits dans le monde après 1989

Quelle est la nature des rivalités et des conflits dans le monde contemporain et sur quels territoires se développent-ils ? On cherchera quelques éléments de réponses à partir de l’étude d’un cas. On peut croiser cette approche avec le programme de géographie. L’exemple d’une grande conférence mondiale pour le climat ou d’un sommet mondial pour le développement durable permet d’illustrer le niveau global de l’action politique, les avancées et les difficultés d’une coopération internationale et le rôle des différents acteurs impliqués. 

Dans tous les cas, la rupture de 1989 demeure fondamentale. La perspective éphémère d’un « nouvel ordre mondial » ouvre la voie à une réalité contrastée. Elle devra être saisie à partir d’un inventaire succinct, et cartographié, des principales puissances contemporaines. Mais aussi des zones de tension et de conflits ouverts dans le monde. Et enfin rendre compte de l’élargissement de l’Union européenne.

Cependant, « l’étude d’un cas » recommandée par le programme doit occuper une place centrale. Les choix ne manquent pas : conflit en ex-Yougoslavie (1991-1992), seconde guerre du Golfe (2003), intervention de l’OTAN en Afghanistan (2001-2014)…

Le croisement recommandé avec le programme de géographie peut conduire à opter pour d’autres crise. Par exemple la crise ukrainienne ou les interventions françaises en Libye et au Mali. En effet, le thème 3 de géographie aborde « La France et l’Union européenne ». Notamment le sous-thème : « la France et l’Europe dans le monde ». 

Ressources pédagogiques

Cours pour les élèves