Affirmation de l'Etat monarchique

L’affirmation de l’Etat monarchique est le sous-thème 3 du thème 2 d’histoire dans le programme d’histoire géographie de classe de cinquième. L’enseignement de l’histoire au cycle 3 permet aux élèves de comprendre que le passé est source de connaissance et objet d’interrogations. Ainsi, ils en perçoivent l’intérêt et l’attrait à partir de traces matérielles et de documents. C’est pourquoi le cycle 4 propose une approche du récit historique. Il permet aux élèves d’enrichir et de préciser leur connaissance du passé au fil d’une progression chronologique et thématique. Ainsi, ils retrouvent les caractéristiques des grandes périodes de l’histoire de l’humanité. Ils comprennent les grandes évolutions comme les tournants et les ruptures d’une histoire à la fois nationale et globale. De ce fait, ils acquièrent des éléments éclairant le monde contemporain. De plus, ils apprennent à situer l’histoire de France dans un contexte plus global.

Société, Eglise et pouvoir politique dans l’occident féodal

L’intitulé du thème marque l’introduction du concept de « société » dans le parcours de l’élève. Il s’agit de montrer comment l’ensemble de la population se trouve partie prenante d’une organisation : la féodalité. Mais aussi comment s’affirment d’autres rapports sociaux avec la société urbaine. Enfin, comment les Capétiens entament la construction de l’État moderne. D’autre part, l’Église est présente dans l’intitulé, mais les sous-thèmes excluent clairement une étude à part.

Les limites chronologiques couvrent cinq siècles. De plus les termes employés inscrivent l’étude dans une dynamique qu’il convient de faire comprendre aux élèves. Petit à petit, avec la ville et l’État, émergent les cadres de la société moderne.

Problématique : comment les cadres de la société moderne émergent-ils progressivement dans une société dominée par la féodalité ?

Affirmation de l'Etat monarchique

Le gouvernement royal pose les bases d’un État moderne. Ainsi, il s’impose progressivement face aux pouvoirs féodaux. De ce fait il étend son domaine et développe un appareil administratif plus efficace pour le contrôler.

En outre, l’Église apparaît comme le principal soutien de la monarchie capétienne. C’est le cas dans le cadre parisien de la première moitié du XIIe siècle, lieu d’une fermentation idéologique sans pareille. En effet, le lien privilégié entre le culte de saint Denis, la royauté capétienne et la protection du royaume, s’y forme. En plus, la supériorité royale, s’affirme et se manifeste notamment à l’issue du sacre. Le prestige religieux de la monarchie française est à son apogée avec le règne de Louis IX (1226-1270). Il est canonisé et devient saint Louis en 1297. La guerre de Cent ans marque la dernière période. L’appareil administratif de la monarchie se renforce, notamment avec la levée de l’impôt permanent à partir de 1360. L’espace est mieux contrôlé hormis des marges (Bretagne, Bourgogne). Elles sont plus autonomes. Mais la propagande royale est capable d’intégrer à son profit la chevauchée de Jeanne d’Arc.

Ressources

Actualité