Peut-on dire que la Chine, à l’issue d’un parcours très différent de celui des Etats-Unis, incarne désormais elle aussi cette notion ?

La version augmentée de ce cours comporte en plus :

  • 1 cours entièrement rédigé
  • 3 quiz (50 questions)
  • Toutes les annales du bac depuis 2013
  • Sujets: 4 compositions, 9 études critiques de documents
  • 1 lexique
  • 1 chronologie
  • 1 liste de personnages

En savoir plus

En 1949, la Chine communiste de Mao Zedong veut rattraper son retard de développement, et tente la mise en œuvre d’une société en prenant appui sur le Grand frère soviétique. La Chine signe donc une alliance militaire et économique avec Moscou en février 1950. C’est au nom de cette alliance que la Chine intervient à l’automne 1950 dans la guerre de Corée. Ce sont alors 700.000 « volontaires » chinois qui repoussent la coalition occidentale menée par les Etats-Unis. A Bandoeng en 1955, le premier ministre chinois Zhou Enlai souhaite faire participer la Chine aux affaires du monde. Cette place de la Chine dans les affaires du monde ne dure pas.

Dans la deuxième moitié des années 1950, les relations entre l’Urss et la Chine se tendent avec des reproches réciproques. De plus, Mao lance Le Grand Bond en avant en 1958 : les populations urbaines sont poussées dans les communes rurales. Mais c’est une catastrophe qui fait entre 10 et 20 millions de morts. D’autre part, l’unité du Tiers Monde ne tient pas. La Chine a envoyé ses troupes au Tibet dès 1949 et en 1959, Pékin écrase la contestation qui entraîne le départ de 200.000 tibétains, dont le Dalaï Lama. Les relations avec l’Inde sont profondément marquées par cette présence de la Chine à la proximité de sa frontière nord. La belle unité du début a disparu et la Chine se replie sur elle-même.

La Révolution culturelle (1966-70) est la reprise en main du Parti Communiste chinois par Mao Zedong qui veut renforcer son pouvoir. Avec les gardes rouges (jeunesses communistes) il lance une politique de remise en cause des valeurs traditionnelles et d’humiliation des élites. Le bilan de la révolution culturelle est lourd. Entre 10 à 20 millions de morts sont à dénombrer et l’économie chinoise enregistre un net recul. Pourtant, quand Deng Xiaoping présente à la tribune des Nations Unies, présente sa théorie des trois mondes il considère son pays comme le leader du Tiers Monde et le porteur de la révolution communiste mondiale. Mais quand Mao décède en 1976, la Chine n’est pas ce pays développé dont rêvait le Grand Timonier. C’est une puissance pauvre qui n’a pas les moyens de ses ambitions car trop repliée sur elle-même ce que le petit Timonier veut changer.

En avril 1971, l’équipe américaine de ping pong qui joue au Japon est invitée à se rendre en Chine. La « diplomatie ping pong » porte ses fruits et le 27 avril, Mao annonce que Nixon « serait le bienvenu… et peu importe qu’il vienne en tant que touriste ou comme président ». Cette même année, la Chine continentale remplace Taïwan à l’ONU et récupère son siège au conseil de sécurité des Nations Unies avec le droit de véto associé. En 1972, Nixon fait son voyage en Chine et Pékin aide les Etats-Unis à la résolution de la guerre du Vietnam. En 1978, les Etats-Unis reconnaissent officiellement la Chine et cette dernière signe un traité de paix et d’amitié avec le Japon. Tout cela contribue un réchauffement des relations régionales.

Différence entre la Chine continentale et Taïwan. Les Chines : RPC, RdC, Hong-Kong, Macao.

A la fin des années 1970, Deng Xiaoping ouvre la Chine au Monde. Cela se traduit par la mise en place de plusieurs réformes. Ce sont des Zones Economiques Spéciales (ZES) qui sont ouvertes dans le sud du pays. Autour du port de Hong Kong, les entreprises étrangères peuvent venir s’installer. Le développement des entreprises dans les ZES est aidé par la diaspora chinoise qui aide au financement. L’objectif recherché par la Chine est de bénéficier du savoir-faire occidental afin que la Chine puisse rattraper son retard industriel et économique à travers 4 modernisations : l’agriculture, l’industrie, la défense et la recherche. Pour cela, la loi de l’enfant unique est promulguée au début des années 1980 afin de permettre aux forces vives de la nation d’œuvrer au progrès en allant travailler !

A la fin des années 1980, les relations avec l’URSS se réchauffent, mais le communisme connaît dans son ensemble une remise en cause dans le monde. Des manifestations ont lieu sur la grande place Tian’anmen de Pékin et dans le pays. Deng Xiaoping décide de reprendre les choses en main. Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 des chars d’assauts sont envoyés pour dégager la place. Il y eu des milliers de morts, des déportations et des exécutions. Des pays du bloc communistes dénoncent quant à eux le comportement des étudiants et soutiennent la réaction du gouvernement chinois. Les Occidentaux mettent fin à leurs aident apportées à la Chine qui se trouve mise au ban des nations.

La Chine devient le pays atelier du Monde au cours des années 1990. Deng Xiaoping explique la notion d’économie socialiste de marché en disant que « peu importe qu’un chat soit blanc ou gris, pourvu qu’il attrape les souris ». Son approche est très pragmatique : seul le résultat compte, tant que le socialisme est là. La production augmente en même temps que l’enrichissement du pays et de la population. La Chine devient un acteur du monde notamment en Afrique où les autorités chinoises se sont rapprochées des gouvernements africains en signant divers contrats avec eux. On parle de Chinafrique. Il s’agit pour la Chine de s’assurer un approvisionnement en ressources naturelles et en énergie mais aussi d’apporter des contrats aux entreprises avec des chantiers à réaliser, le tout permettant d’assurer son propre développement.

La Chine participe affaires du monde.  En Avril 1980, la Chine entre à la Banque Mondiale puis au FMI. En 2001, elle intègre l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le 15 juin 2001, 6 pays dont la Chine et la Russie créent l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) qui couvre plusieurs domaines : politique, économique, culturel, humanitaire et sécuritaire. Au cours des années 2000, la Chine obtient une reconnaissance internationale propre aux puissances mondiales. En 2008, les Jeux Olympiques ont lieu à Beijing. En 2010, Shanghai accueille l’Exposition universelle. Enfin, Shanghai propose un salon automobile international tous les ans et depuis 2004, et accueille le Grand Prix de Shanghai, étape du grand prix mondial de F1.

La décennie des années 2010 marque un nouveau tournant avec les nouvelles routes de la soie qui relient la Chine et l’Europe par voie terrestre, la Chine et l’Afrique avec le Moyen Orient par voie maritime. D’autre part, la Chine prolonge ses frontières maritimes vers le sud et revendique des territoires maritimes en mer de Chine méridionale. La Chine compte y exploiter les ressources naturelles qui se trouvent sous les fonds marins. L’archipel des Spratley devient donc un enjeu de même que des petits territoires. Les tensions avec ses pays voisins reviennent sur le devant de la scène, mais aussi avec l’Occident. La puissance de la Chine engendre des tensions régionales aux retombées parfois internationales.