Quel pays assurera le leadership dans cette région du monde en pleine croissance économique ?

La version augmentée du cours comporte en plus : 

  • 1 cours entièrement rédigé (intro + conclusion).
  • Quiz : 60 questions.
  • Toutes les annales du bac.
  • Sujets : 2 compositions, 4 études de doc(s).
  • 1 lexique.

En savoir plus

1.      Ouvertures au Monde progressives

Le Japon s’ouvre au monde à la fin du 19ème siècle. L’ère Meiji  qui commence en 1865 vit l’ouverture du Japon sur le reste du monde en même temps que sa modernisation. Cette étape revient dans les années 1950 lors de la reconstruction du pays. Cette croissance vise avant tout à bloquer l’influence occidentale sur le Japon.

L’ouverture de la Chine au monde se fait comme celle du Japon, mais un siècle plus tard. A la fin des années 1970, Deng Xiaoping entame une série de réformes pour ouvrir progressivement son pays au reste du monde. Les ZES permettent de moderniser le pays en accueillant des entreprises étrangères.

2.      Deux puissances inégales

 

Japon

Chine

Superficie (millions km²)

0,377

9,6

Population (millions hab.)

127

1378

PIB (milliards dollars)

4949

11.221

PIB/hab (en dollars)

38.972

8.139

Dépenses militaires (milliards dollars)

46

150

 

Le Japon est une puissance douce qui s’affirme à travers sa culture (revue cool japan, les Mangas), la technologie (les jeux vidéo) mais aussi son Aide publique au développement … Une économie majeure mais avec une dette considérable de 237,3% du PIB.

L’économie chinoise est incontournable. Son intégration rapide au Monde depuis 1980 est renforcée par l’adhésion à l’OMC en 2001. Forte croissance et enrichissement de la population entraînent des besoins plus importants.

1.      Des rivalités dans tous les domaines

Rivalités pour l’accès aux ressources. La Chine a une croissance économique importante qui entraîne des besoins en matière première et en énergie en hausse. Ceux-ci sont l’occasion pour la Chine de faire pression sur ses voisins. Ainsi, le Japon a besoin de 30.000 tonnes de terres rares par an. Or la Chine produit 97% des terres rares dans le monde. En 2010, la Chine a pris la décision de réduire ses exportations pour des raisons stratégiques, mais aussi pour faire pression sur le Japon. Le 3 juillet 2011, des chercheurs japonais, sous la direction de Yasuhiro Kato, de l’université de Tokyo, ont annoncé que d’immenses réserves de terres rares se trouvent sous le Pacifique proche des iles Hawaï et de la Polynésie.

Rivalités pour la mémoire et l’histoire. Les deux pays sont en guerre dès la fin du 19ème siècle. En 1894, le traité de Shimonoseki humilie la Chine qui perd des territoires et doit payer une dette de guerre. La première guerre mondiale voit encore la domination du Japon en 1919 (la Chine n’est pas réellement considérée comme faisant partie des puissances vainqueurs). Les années 1930 voient la seconde guerre sino-japonaise éclater (massacre de Nankin ; Unité 731). Et l’année 1945 la défaite du Japon voit la victoire de la Chine. Mais les mémoires sont conflictuelles et régulièrement ravivées : visites au sanctuaire Yasukuni ; commémorations d’Hiroshima et de Nagasaki. Alors que les nationalistes japonais veulent réécrire les livres d’histoire, la Chine se redécouvre son passé et sa grandeur impériale.

2.      Développements inégaux

L’avance japonaise. Le Japon bénéficie d’une avancée sur la Chine. Véritable cœur financier de l’Asie, le Japon dispose d’un tissu industriel de pointe. Le pays consacre 3,6% de son PIB à la recherche développement (contre 1,5 en Chine) : c’est le pays qui dépose le plus de brevets au monde. L’économie japonaise est largement post-industrielle : les services y sont le premier secteur d’emplois.

Le décollage chinois. La Chine est une puissance industrielle grâce à sa main d’œuvre à bas coût. Mais ses productions sont de médiocre qualité. La montée en gamme et en qualité commence à se faire. La Chine est ainsi devenue le premier producteur d’acier et d’automobile, devant le Japon. Pourtant l’économie chinoise conserve largement des traits pré-industriels : l’agriculture est le premier employeur du pays !

1.      Le territoire affirmation de la puissance

Les Senkaku-Diaoyutai sont un archipel disputé par la Chine, le Japon et Taïwan en mer de Chine orientale à 200 km au nord-est de Taïwan et 400 km à l’Ouest d’Okinawa. L’archipel est composé de 5 îlots de 6,3 km². Le nom Senkaku est japonais qui signifie tour pointue. Reflet de la topographie rocailleuse des îlots. L’appellation Diaoyu vient du chinois : pêcher à la ligne. Taioyuta pour Taiwan.

Les tensions entre la Chine et le Japon sont le reflet d’enjeux multiples. Expression des nationalismes japonais et chinois les îles comportent des ressources naturelles : pétrole et gaz. Les tensions sont le reflet de deux visions du droit opposées : la Chine met en avant le droit historique (ancienneté de la possession des îles remontant au XVème siècle et surtout, le Japon s’en est emparée de façon illégale en 1895). Le Japon met en avant le droit international qui conforte sa possession des iles.

2.      Des moyens d’action différents

Le Japon, une puissance limitée. Il contribue à plus de 10% du budget de fonctionnement de l’Onu. En 2005, le Japon demande d’avoir un siège permanent au conseil de sécurité de l’Onu… ce qui est refusé car entraînerait une réforme des Nations Unies. La puissance militaire japonaise s’adapte au contexte régional. Or, l’article 9 de la constitution japonaise interdit la guerre et la possession d’une armée. Mais le gouvernement de Shinzo Abe dénonce cet article 9 et les forces d’auto-défense japonaises se renforcent avec notamment l’inauguration (avril 2015) du porte aéronef Izumo.

La Chine, puissance ré-émergente. La Chine joue un rôle croissant dans les institutions du Monde (ONU, Brics, G20). Sa culture s’affirme via la diaspora, les instituts Confucius et la télévision. Le pays dispose de nouveaux moyens : la Banque asiatique d’investissements pour les infrastructures et les nouvelles routes de la Soie. La Chine affiche sa volonté de bloquer la puissance japonaise avec la construction d’une puissance navale importante (porte-avions Liaoning, sous-marins nucléaires…).